montagne été photo lac été mercantour été mouflon été 2 fleurs été champ de fleur été groupe été loup été thermalisme été village été marmotte été

Le Patrimoine Religieux

Les églises paroissiales de la Vésubie permettent à l’amateur de retrouver l’ensemble des périodes de constructions, du XIVème au XVIIIème siècle, du Roman / Gothique au Baroque.

Plusieurs périodes sont identifiables : à Utelle, l’église Saint-Véran possède encore une part importante de bâti médiéval.
Saint-Michel du Gast à Roquebillière représente un édifice de transition entre l’époque médiévale, alors que l’ensemble du bâtiment peut être daté de la Renaissance finissante. Il possède quelques éléments de style gothique finissant et tardif, unique dans la vallée. L’église de Saint-Martin Vésubie nous introduit dans l’époque Baroque. Dans la continuité de cet art, Saint-Pons de Lantosque donne à voir un modèle d’un volume exceptionnel et d’une très grande clarté. Saint-Laurent de La Bollène Vésubie donne un exemple d’un bâtiment du XVIIIème siècle, dans une configuration voulue majestueuse. Saint-Michel de Venanson, enfin, nous offre un bâtiment aux multiples reprises, d’une grande richesse imaginative.

Complétant le réseau des églises paroissiales, les sanctuaires enforcent la présence du sacré dans la Vésubie. Les deux sites majeurs, Madones des Miracles à Utelle et de Fenestres à Saint-Martin-Vésubie, installés sur des sites d'exception, accueillent chaque année de multiples processions, rappelant la présence d’anciens territoires aujourd’hui oubliés.

Plus nombreuses (une cinquantaine), les chapelles sont omniprésentes dans le paysage de la Vésubie. Elles complètent le visage d’un territoire fortement marqué par la pratique du sacré.

Plus discrets encore, à l'abord des hameaux, existe un véritable réseau d'oratoires ou pilons. Ces modestes sanctuaires sont le plus souvent l'expression d'une dévotion toute particulière, micro-localisée.

Les calvaires que l'on découvre aux entrées des villages, offrent une dernière expression d'une certaine spiritualité, tardive. Ils commémorent plus certainement les visites pastorales du XIXème siècle, témoins, par leur dénuement, d'une intériorisation progressive du sentiment religieux.